Le Sénégal

Mieux connaître le Sénégal, présentation, chiffres clés...

 

Le Sénégal se situe à l'avancée la plus occidentale du continent africain dans l'Océan Atlantique, au confluent de l'Europe, de l'Afrique et des Amériques, et à un carrefour de grandes routes maritimes et aériennes.

 

Géographie

D’une superficie de 196 722 km2, il est limité au nord par la Mauritanie, à l’est par le Mali, au sud par la Guinée et la Guinée Bissau, à l’ouest par la Gambie, et par l’Océan Atlantique sur une façade de 500 km. Dakar (550 km2), la capitale, est une presqu’île située à l’extrême Ouest.

 

Relief, hydrographie

Pays plat aux sols sablonneux ne dépassant pas 130 m d’altitude sauf à la frontière sud-est vers la Guinée. Trois fleuves traversent le pays d’est en ouest : le Sénégal (1700 km) au nord, la Gambie (750 km) et la Casamance (300 km) au sud

 

Climat, végétation

Climat tropical sec caractérisé par deux saisons : une saison sèche de novembre à juin et une saison des pluies de juillet à octobre. Trois types de végétation : forêt au sud, savane au centre et steppe au nord.

Consultez le site de la Météorologie nationale

 

Population

Source : www.ansd.sn : Indicateurs socio-économiques

 

Organisation politique

La République du Sénégal est laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race, de sexe, de religion. Elle respecte toutes les croyances.

La langue officielle de la République du Sénégal est le français. Les langues nationales sont le Diola, le Malinké, le Pular, le Sérère, le Soninké, le Wolof et toute autre langue nationale qui sera codifiée.

Régime présidentiel pluraliste : le président de la République est élu au suffrage universel et pour sept ans. L’actuel président de la République, Macky Sall, est élu le 25 mars 2012.

Le Parlement : Les assemblées représentatives de la République du Sénégal portent les noms d’Assemblée nationale et de Sénat. Leurs membres portent les titres de députés à l’Assemblée nationale et de sénateurs.
 

Organisation administrative

Quatorze régions dont les chefs-lieux sont les principales villes : Dakar, Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kédougou, Kaolack, Kolda, Louga, Matam, Saint Louis, Sédhiou, Tambacounda, Thiès, Ziguinchor.

 

Cartes administratives du Sénégal

 

PROJECTIONS 2015/ ANSD


 


TABLEAU SYNOPTIQUE (RGPHAE, 2013)

VOLUME, REPARTITION PAR SEXE ET PAR MILIEU DE RESIDENCE

 


STRUCTURE DE LA POPULATION

 


ETAT MATRIMONIAL ET NUPTIALITE

 


FECONDITE

 


MORTALITE


MIGRATION

 


ALPHABÉTISATION

 


SCOLARISATION

 


ACTIVITÉS ECONOMIQUES

 


PERSONNES VIVANT AVEC UN HANDICAP

 


PERSONNES AGEES (60 ANS OU PLUS)

 


MÉNAGES ET HABITATION

 


Quelques indicateurs Economiques 2017

Croissance économique

 

Prix à la consommation

 

Echanges extérieurs

Source : http://www.ansd.sn/


Répartition de la population

 

Cartes administratives du Sénégal

Organisation administrative
Le Sénégal est organisé en quatorze régions dont les chefs-lieux sont les principales villes : Dakar, Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kédougou, Kaolack, Kolda, Louga, Matam, Saint Louis, Sédhiou, Tambacounda, Thiès, Ziguinchor.

Source : Agence Nationale de l'amenagement du Territoire .http://www.anat.sn

 

Carte administrative de la région de Dakar

 

 

Carte administrative de la région de Diourbel

 

Carte administrative de la région de Fatick

 

Carte administrative de la région de Kaffrine

 

Carte administrative de la région de Kaolack

 

Carte administrative de la région de Kedougou

 

Carte administrative de la région de Kolda

 

Carte administrative de la région de Louga

 

Carte administrative de la région de Matam

 

Carte administrative de la région de Saint-Louis

 

Carte administrative de la région de Sédhiou

 

Carte administrative de la région de Tambacounda

 

Carte administrative de la région de Thiès

 

Carte administrative de la région de Ziguinchor

 

 

CONDITIONS GÉNÉRALES

Les grands traits climatiques sont le résultat conjoint de facteurs géographiques et aérologiques. Les premiers s’expriment par la latitude qui confère au territoire des caractères tropicaux, et par la position de Finistère ouest-africain qui détermine des conditions climatiques différentes dans la région littorale et dans l’intérieur. Les seconds s’expriment par I’alternance sur le pays de trois flux dont les déplacements sont facilités par la platitude du relief.

Le premier flux est représenté par l’alizé maritime issu de l’anticyclone des Açores, de direction nord à nord-est. L’alizé maritime est constamment humide, frais voire froid en hiver, et marqué par une faible amplitude thermique diurne. Son domaine est une frange côtière qui s’amenuise au sud avec la remontée de la mousson, mais qui se maintient pendant presque toute l’année au nord du Cap-Vert.

L’harmattan, de direction Est dominante, branche finissante de l’alizé continental sahélien, est caractérisé par une grande sécheresse liée à son long parcours continental, et par des amplitudes thermiques très accusées ; frais ou froid la nuit, il est chaud à torride le jour. Il transporte souvent en suspension de fines particules de sable et des poussières qui constituent la “brume sèche".

Le troisième flux, la mousson, provient de l’alizé issu de l’anticyclone de Sainte-Hélène dans l’Atlantique Sud. Elle bénéficie d’un très long trajet maritime qui la rend particulièrement humide. Elle pénètre dans le pays en période estivale selon une direction sud-est - nord-ouest et elle s’assèche relativement en fonction de sa pénétration vers l’intérieur. Elle est marquée par une faible amplitude thermique, mais avec des températures généralement plus élevées que celles de l’alizé maritime.

PRÉCIPITATIONS

L’année climatique est divisée en deux saisons principales par le critère pluviométrique. La saison dite sèche n’est vraiment sèche que dans l’intérieur ; tandis que sur le littoral, qui bénéficie d’une humidité relative élevée, la saison est précisément non pluvieuse.

Au cours de la saison sèche, des pluies de heug peuvent se produire, associées à des invasions épisodiques d’air issu des régions tempérées. Ces pluies sont généralement faibles, voire insignifiantes, mais il peut advenir qu’elles atteignent exceptionnellement des valeurs élevées.

La saison des pluies ou hivernage débute au sud-est du Sénégal en avril avec l’arrivée de la mousson qui envahit progressivement le pays. Les pluies augmentent d’abord lentement jusqu’au mois d’août où elles culminent ; en septembre, la diminution est marquée, mais elle est ensuite très brutale en octobre. Deux phénomènes provoquent des précipitations sur le pays ; il s’agit d’une part des lignes de grains et d’autre part de la partie active de l’équateur météorologique, marquée par l’ascendance de l’air humide qui se refroidit en altitude et se condense en pluies.

Les lignes de grains, improprement dénommées tornades, balaient le territoire d’est en ouest (ce qui fait dire que la pluie vient de l’est) s’affaiblissent progressivement en atteignant le littoral ; à Dakar, par exemple ne parvient que la moitié des perturbations, qui sont passées par Tambacounda. Les pluies déversées par les lignes de grains sont essentiellement orageuses accompagnées de rafales de vent, de tonnerre et d’éclairs. Elles marquent le début et la fin de la saison des pluies dans lesud du pays, mais elles constituent pour la quasi-totalité du territoire la source essentielle des précipitations.

D’une manière générale, les précipitations décroissent du sud vers le nord : Ziguinchor enregistre 1 250 de pluie par an, Kaolack 610 mm, tandis que Linguère ne reçoit en moyenne que 414 mm, Podor 220 mm. Le nombre de mois pluvieux varie selon la latitude, mais également selon le seuil adopté. Si I’on prend pour base les précipitations mensuelles supérieures à 10 mm (ce qui est très faible), le nord-ouest du pays a quatre mois pluvieux , le sud six. Avec une base de 50 mm par mois, le nombre de mois pluvieux passe à deux et à cinq. Mais, sur la base de 100 mm, le nord ne bénéficie même plus d’un mois pluvieux, tandis que le sud dispose encore de cinq mois pendant lesquels les précipitations sont supérieures à 100 mm et souvent très supérieures puisque Ziguinchor, par exemple, enregistre 424 mm au mois d’août. Cette différenciation en latitude confirme le caractère aléatoire de la pluviométrie dans la moitié septentrionale du pays.

Enfin, le climat du Sénégal, comme celui de tous les pays sahélo-soudaniens, se caractérise par une grande variabilité des précipitations d’une année à l’autre, variabilité d’autant plus redoutable que la moyenne annuelle est plus faible ; plus leur total annuel s’amenuise, plus les pluies sont incertaines et irrégulières et de plus leur déficit est grave. Ainsi, à Ziguinchor la moyenne de 1 250 mm résulte de précipitations variant d’environ 900 mm à un peu plus de 1 400 mm d’une année à l’autre ; à Linguère la moyenne 414 mm recouvre des précipitations allant de plus de 850 mm en année exceptionnellement pluvieuse à moins de 200 mm en année sèche. C’est dire que I’insécurité climatique qui pèse sur la moitié septentrionale du pays n’est pas seulement le fait de la faiblesse des précipitations et de la brièveté de la saison pluvieuse ; elle est surtout le résultat de l’irrégularité inter annuelle des pluies. La sécheresse qui a périodiquement frappé le pays depuis 1968 a souligné la gravité de cette situation par ses conséquences dramatiques sur l’équilibre écologique et toutes les activités humaines des régions situées au nord du Saloum. L’abondance des pluies exceptionnelles de 1999 par rapport à celles des dernières décennies redonne de l’espoir au monde rural, qui aspire à un retour durable d’une bonne pluviométrie.

D’après Marcel Roux et Pascal Sagna, Atlas du Sénégal, édition Jeune Afrique, 2000.

En savoir plus www.meteo-senegal.net

Préhistoire et protohistoire de l'aire sénégambienne

Après plus d’un siècle de recherches préhistoriques et archéologiques, il a été possible de définir, au Paléolithique archaïque, une civilisation de galets aménagés qui s’est épanouie surtout en Haute-Gambie (Kédougou).

L’installation humaine remonterait au moins au Paléolithique inférieur où apparut la civilisation acheuléenne avec ses bifaces (pierres taillées sur deux faces) et ses hachereaux ; mais, dans les gisements, les restes humains font défaut. On situe cette civilisation entre 50 000 et 150 000 ans. Ce repérage chronologique suggère l’âge de la plus vieille présence humaine en Sénégambie ; la vallée de la Falémé a livré les éléments les plus importants.

Des bifaces de cet âge ont été recueillis dans la presqu’île du Cap Vert (pointe de Fann), ainsi que des petites haches, œuvres des pithécanthropes, dans le Sud-est sénégalais (Djita, Saré).

L’étude des strates des roches sédimentaires (stratigraphie) ne permet pas encore de distinguer nettement un Paléolithique moyen et un Paléolithique supérieur. Cependant, on a retrouvé au Sénégal des pièces d’une industrie utilisant la technique " Levallois " (débitage systématique des pierres permettant avec le même poids de silex de produire cinq fois plus d’outils), typique du Paléolithique moyen. Quelques racloirs, de nombreux grattoirs et des noyaux circulaires avec éclat (fragments courts), caractéristiques de l’industrie dite " moustéroïde ", ont été découverts dans la presqu’île du Cap Vert (cap des Biches, Bargny Ouest, Yarkam Ndiaye, Bargny Nguer), à Sébikhotane ainsi qu’à Richard Toll et sur- des sites de la moyenne et basse vallée du fleuve Sénégal (Diamal, Kaédi, Mbagne…).

L’industrie " moustéroïde " a servi de base à une autre industrie d’âge mal défini, quelquefois rattachée au paléolitique supérieur, appelé Tiemassassien, du nom du principal site (Tiémassas) localisé au Sud-est de Mbour. On y trouve de nombreux bifaces, des têtes de lances, de flèches et de javelines attestant l’existence d’une humanité néolitique.

Le Néolitique, au cours duquel l’homme passe de l’état de prédateur à celui de producteur, est la période préhistorique la mieux représentée dans l’aire sénégambienne. La diversité de l’outillage recueilli montre qu’il y a eu plusieurs civilisations néolithiques, dont les origines, le nombre, la durée et les liens restent difficiles à préciser.

On a observé l’évolution de plusieurs faciès culturels :

  •  au cap Manuel (Dakar), l’industrie se caractérise par un outillage macrolithique. Il s’agit d’outils allégés présentant l’aspect de pics et de haches ;
  •  le faciès de Bel Air, dans la presqu’île du Cap Vert, a fourni un matériel conservé à l’IFAN de Dakar. On trouve aussi ce faciès dans les dunes du Cayor. Cette industrie a produit un outillage microlithique de silex ainsi que des pointes. Le faciès a vu l’épanouissement d’un art céramique avec des poteries de diverses formes (lac Tanma au nord-ouest de Thiès)
  •  le Néolithique du littoral est marqué par des amas coquilliers (Casamance, Sine-Saloum, région de Saint-Louis). Dans les gisements de Khant (vallée du Sénégal), on a trouvé un dallage constitué d’ossements durs (hippopotames, lamantins, crocodiles)
  •  le Sud - Est sénégalais a livré des vestiges culturels d’un faciès riche en outillage poli fait avec des roches diverses (grès, jaspe, hématite, dolérite …).

Les divers faciès reconnus au Sénégal ne paraissent pas résulter d’une évolution sur place d’industries paléolithiques. L’espace sénégambien semble donc constituer un finistère où viennent s’échouer des civilisations déjà élaborées à l’intérieur de l’Ouest africain.

Les sites protohistoriques parsemant le territoire sénégalais sont très nombreux. Ils témoignent d’une occupation humaine particulièrement dense dans les vallées ainsi qu’aux lisières du Cayor, du Jolof (ou Djolof et du Baol. Les amas coquilliers du littoral (région de Saint-Louis, Petite Côte, Casamance) et les tumulus" de sable (" banar " du pays wolof, " podom " du pays sereer) qui servaient de tombes sont typiques de cette période.

La zone des mégalithes est étirée d’ouest en est entre Kaolack et Goudiri. Enfin, des ateliers de métallurgie (forges) ont été découverts en Casamance et dans la moyenne vallée du Sénégal où le site de Sinthiou-Bara fait l’objet de recherches intensives (objets de laiton, de cuivre et d’or).

Iba Der Thiam, Atlas du Sénégal, édition Jeune Afrique, 2000

L'histoire du Sénégal.

Le Sénégal précolonial

L’inventaire des sites préhistoriques et les données fournies par la tradition orale conduisent à penser que le peuplement du Sénégal précolonial s’est effectué à partir du nord et de l’est, avec l’arrivée de plusieurs vagues migratoires

Les premiers arrivés, appelés " petits nègres ", ont été progressivement refoulés vers le Sud par les " grands nègres ".

La dernière grande invasion serait celle des Wolof, des Peul et des Sereer (ou Sereer), appartenant tous au groupe Bafour dont l’éclatement en plusieurs rameaux semble en corrélation avec la pression almoravide. Sur le haut fleuve, le Namandirou, pays riverain de la Falémé, a servi de lieu de transit et de passage pour les Manding avançant vers la Sénégambie et se mêlant d’abord aux Soninké. puis aux Sereer et aux Wolof.

L’histoire du Sénégal précolonial est surtout caractérisée par l’existence de royaumes ou d’États qui furent progressivement morcelés.

La formation de l’empire du Jolof (ou Djolof), contemporaine de l’expansion almoravide, est attribuée à Ndiadiane Ndiaye, probable fils du chef alimoravide Aboubacar Ben Omar et de Fatoumata Sall. De cette union naquit Abou Dardaï qui finit par porter le nom de Ndiadiane en raison des miracles qui entourent sa venue au Jolof.

Au XV siècle, l’espace compris entre les fleuves Sénégal et Gambie appartenait à une seule entité politique : le Jolof. À la faveur de l’affaiblissement de l’empire du Mali, le Gabou s’en détacha et devint un État indépendant s’étendant de la Gambie au nord de l’actuelle Guinée-Bissau.

Au XVI siècle, les dissidences du Cayor, du Baol, du Wallo, du Sine et du Saloum eurent raison de son unité. Le Jolof se réduisit aux limites d’un royaume très modeste.

En 1512, après de longues pérégrinations, les Peul, sous la direction de Tenguella et de son fils Koly, fixèrent leur habitat au Fouta Toro et créèrent un État, le Fouta Deyanke qui y subsista de 1512 à 1776. Cet État fut mis à rude épreuve par les Maures qui espéraient le soumettre à leur autorité.

Après avoir proclamé son indépendance, le Gabou essaya de tirer parti de sa position de contact entre les Européens et leurs alliés du littoral d’une part, et les Diola de l’arrière pays d’autre part. Les immenses avantages matériels qu’ils reçurent des uns et des autres incitèrent les souverains à renforcer leur autorité sur les différentes provinces. Mais les sociétés Baïnouk et Diola refusèrent de dissoudre leur identité dans celle du Gabon et s’enfoncèrent dans leurs forêts où elles pouvaient conserver leur autonomie et leurs genres de vie.

Au XVIII siècle, les méfaits de la traite affectaient toutes les catégories des sociétés africaines. On assistait alors à un grand émiettement politique ; les entités étaient circonscrites à des ethnies passant le plus clair de leur temps à se faire la guerre.

Pendant la même période, les Diola manding impliqués dans le trafic négrier répandirent l’islam le long de leurs itinéraires. Les néophytes se servirent de cette religion comme arme de combat pour essayer de refonder leurs entités politiques sur les plans social, économique et moral.

Des royaumes au " temps des gouverneurs " : la conquête coloniale

Au début du XIXe siècle, les possessions françaises sont peu nombreuses, dispersées et de faible étendue. Héritiers des comptoirs de traite esclavagiste établis au XVII siècle, ces points de rencontre du commerce maritime et continental n’ont alors qu’une activité réduite : c’est le cas de Saint-Louis, Gorée, Rufisque, Portudal ou Joal, tandis que certains centres, tel Podor, sont ruinés ou détruits. Jusqu’à l’arrivée de Faidherbe et à la diffusion de l’arachide comme culture commerciale, les progrès de l’impérialisme restent limités quelques gouverneurs tentent de relancer le commerce de la gomme sur le fleuve Sénégal, mais la reconstruction des établissements de traite se heurte à l’hostilité des populations maures et toucouleur. En 1822, alors que les Anglais contrôlent le trafic sur la Gambie, Gorée fonctionne comme un port franc mais les activités commerciales sont partout réduites, en particulier le long du Fleuve où les négociants sont soumis au système des " coutumes ". taxes douanières imposées par les Maures qui domine la rive droite.

A partir de 1850, la politique coloniale française change : les besoins accrus en matières premières destinées aux industries manufacturières et la progression de " l’idée coloniale ", favorisée par les rivalités impérialistes, conduisent à une stratégie d’occupation et de mise en valeur à partir des anciens comptoirs. L’espace sénégambien devient alors un objet de conquête, une première étape sur la route du Soudan occidental. Cette politique est mise en œuvre par Faidherbe : en dix ans ( 1854-1864), tout le littoral compris entre les fleuves Sénégal et Saloum passe sous la domination française, des postes militaires sont construits en Casamance, et des traités de protectorat permettent de contrôler la vallée du Sénégal malgré la vive résistance d’El Hadj Omar Tall (attaque de Médine, puis repli vers l’est pour construire un État indépendant).

L’expansion coloniale est accélérée après 1876 ; il s’agit d’atteindre le fleuve Niger, ce qui implique un contrôle total du Sénégal. Les campagnes militaires se heurtent alors à de violentes résistances intérieures : Maba Diakhou Ba tente d’unifier les pays situés au nord de la Gambie et Lat Dior Diop au Cayor ; Alboury Ndiaye et Mamadou Lamine Drame, sur le haut Fleuve et au Boundou, s’opposent par les armes à la pénétration coloniale. En Casamance, la résistance est conduite par des chefs religieux comme Fodé Kaba Doumbouya, mais elle est aussi l’œuvre des populations forestières, en particulier en pays Diola et Balant. L’absence de coordination de tous les mouvements et les rivalités internes ont cependant favorisé la mainmise extérieure : en 1891, la conquête est pratiquement terminée. Alors commence le " temps des gouverneurs ".

De l’ordre colonial à l’indépendance

Les limites administratives de la colonie fusent fixées. en 1904, après la création de l’Afrique occidentale française (AOF-1895) et le transfert de la capitale fédérale de Saint-Louis à Dakar (1902) -, celle-ci, détachée du Sénégal, formait un territoire particulier, Saint-Louis demeurant la capitale du pays jusqu’en 1957.

Tandis que la construction du chemin de fer Dakar-Niger favorise la diffusion de l’arachide dans les campagnes, l’accroissement de la production s’accompagne alors d’une véritable conquête agricole à l’est du pays wolof, sous la conduite des marabouts mourides.

Jusqu’en 1945, l’organisation politique du Sénégal est une parfaite illustration de " l’ordre colonial " : du commandant de cercle au gouverneur règne un système hiérarchique, autoritaire, immuable. Seuls les natifs des " quatre communes " (Dakar, Gorée, Rufisque, Saint-Louis) ont le privilège d’élire leurs conseils municipaux et d’envoyer un député au Parlement français (Blaise Diagne est élu en 1914) ainsi naît une classe politique sénégalaise, qui va trouver un terrain d’expression parlementaire après la Seconde Guerre mondiale avec les institutions créées par la nouvelle politique coloniale.

Dès 1945, deux députés sénégalais, Lamine Gueye et Léopold Sédar Senghor siègent à l’Assemblée constituante française. En 1946, une Assemblée territoriale du Sénégal est élue au collège unique : elle désigne des parlementaires qui représentent leur pays et obtiennent de grandes améliorations (liberté de réunion et d’expression, abolition du travail forcé). L’activité politique s’accompagne de la création de partis distincts des organisations métropolitaines (fondation du Bloc démocratique sénégalais en 1948). alors que poètes, romanciers et historiens animent une intense vie culturelle.

Préparée par la loi-cadre de 1956, qui renforce les pouvoirs de l’Assemblée territoriale, l’évolution vers l’indépendance est accélérée par la création de la Communauté, recoupant des républiques autonomes et dont le Sénégal devient un État membre après le référendum du 28 septembre 1958.

Associés au sein de la Fédération du Mali depuis janvier 1959, le Soudan et le Sénégal demandent l’indépendance qu’ils obtiennent ensemble dans le cadre unitaire, le 4 avril 1960 (date de la fête de l’indépendance). Mais la Fédération du Mali éclate, et le 20 août 1960, l’Assemblée sénégalaise proclamé l’indépendance du pays.

Léopold Sédar Senghor est élu Président de la République sénégalaise le 5 septembre 1960. Il est réélu le 28 février 1978 et démissionne le 31 décembre 1980. Abdou Diouf, qui lui a succédé, est élu Président le 27 février 1983 et réélu le 21 février 1993. Le nouveau président, Abdoulaye Wade, en gagnant le scrutin du 19 mars 2000 est devenu le troisième chef de l’État sénégalais.

D’après Iba Der Thiam et Mbaye Guèye, Atlas du Sénégal, édition Jeune Afrique, 2000.

Devise

La devise de la République du Sénégal est : " Un Peuple – Un But – Une Foi ".

Elle traduit notre volonté de vie commune, c’est-à-dire notre volonté (Une Foi), d’Unité (Un Peuple), pour la Construction nationale (Un But).

Drapeau


 

 

 

 

 


 

Drapeau du Sénégal Le drapeau de la République du Sénégal est composé de trois bandes verticales et égales, de couleur verte, or et rouge. Il porte, en vert, au centre de la bande or, une étoile à cinq branches.

Le Vert, pour les Musulmans, est la couleur du drapeau du Prophète. Pour les Chrétiens, il est le symbole de l’espérance. Pour les Animistes, il est le symbole de la fécondité. L’Or est signe de richesse, il représente le fruit du travail pour un peuple qui a donné la priorité aux problèmes économiques, dont seule la solution permettra l’élévation du niveau de culture. C’est le second objectif de la nation sénégalaise. Or l’Or — le Jaune — est, en même temps, couleur des Arts et des Lettres ; couleur de l’Esprit. le Rouge rappelle la couleur du sang, couleur de la vie, donc du sacrifice consenti par toute la Nation, mais aussi la détermination ardente et la force résolue qui anime chacun de ses fils dans la lutte contre le sous développement..

L’Etoile est un signe assez fréquent dans la symbolique négro-africaine. Elle a cinq branches pour marquer l’ouverture du Sénégal aux cinq continents. Elle représente le ciel et partant les valeurs spirituelles, singulièrement chez un peuple qui ne vit pas seulement de riz et de pain. Elle est verte pour signifier, plus particulièrement, l’espoir qu’exprime la Jeune Indépendance de la République du Sénégal.
 

Les armoiries du Sénégal

 

 

 

 

 

 

 


 

Les armoiries du Sénégal sont composées de deux parties. Dans la partie gauche, sur un fond rouge, figure un lion et, à droite, sur un fond jaune, un baobab. Au centre de la partie supérieure, une étoile à cinq branches.

Le lion est un symbole fréquent du groupe ethnique nord-soudanais, auquel appartient la majeure partie des Sénégalais. Il était, avant la présence française, l’animal symbolique du pouvoir. Le roi était donc le roi-lion-soleil-dieu. Après, il devint l’animal officiel de l’État sénégalais.

Autour du blason une couronne l’entoure et autour d’elle on voit un parchemin dans lequel on peut lire la devise nationale : « Un Peuple, Un But, Une Foi ».

 

Sceaux

 

 

 

 

 

 


La République du Sénégal possède deux sceaux.

Le Sénégal est une République qui a la singularité d’avoir deux sceaux :

Un sceau appelé le « Sceau du Lion passant » qui est réservé au président de la République et qui est destiné à marquer sous timbre sec les grands actes de l’état, comme les traités.

Un sceau appelé le « Sceau du Baobab », qui estampille les actes de l’administration publique.

L’article 2 de l’ordonnance N°60-26 du 10 octobre 1960, stipule :

« Les sceaux, timbres et cachets des grands corps de l’Etat, des Ministères, des cours et tribunaux, des Notaires, de toutes les administrations et autorités publiques porteront pour type le baobab tel qu’il est figuré sur le sceau de l’État et est figuré sur le sceau de l’État et pour légende « République du Sénégal » et le timbre de l’administration ou de l’autorité publique pour laquelle ils seront employés.  »

Hymne national du Sénégal

L’hymne national se compose de cinq couplets comprenant chacun des strophes de douze pieds, et d’un refrain composé d’une strophe de quatre vers de même rythme.

Les paroles sont l’oeuvre de M. Léopold Sédar Senghor, premier Président de la République, poète et écrivain, et la musique de Herbert Peppert.

L’hymne évoque le thème de la joie née de l’indépendance, celui de l’union nationale par le dépassement des diversités régionales ; le thème de l’enracinement dans nos valeurs et de l’ouverture aux autres et à la modernité, celui de notre gloire passée évoquée moins pour alimenter un nationalisme ombrageux que pour servir un idéal de générosité, de paix, de travail de dialogue, d’unité et de fraternité africaines sans discrimination de races ou de langues, avant de se terminer par une proclamation : le serment de défendre la Patrie dans l’union et la détermination, voire jusqu’à la mort devant tous les dangers mena ant son indépendance, sa prospérité, sa sécurité.

 

Paroles de l’hymne national du Sénégal
Pincez tous vos coras, frappez vos balafons 
Le lion rouge a rugi. Le dompteur de la brousse 
D’un bond s’est élancé dissipant les ténèbres 
Soleil sur nos terreurs, soleil sur notre espoir.
Refrain 
Debout frères voici l’Afrique rassemblée 
Fibres de mon cœur vert épaule contre épaule 
Mes plus que frères. O Sénégalais, debout ! 
Unissons la mer et les sources, unissons 
La steppe et la forêt. Salut Afrique mère.
Sénégal, toi le fils de l’écume du lion, 
Toi surgi de la nuit au galop des chevaux, 
Rends-nous, oh ! rends-nous l’honneur de nos Ancêtres 
Splendides comme l’ébène et forts comme le muscle ! 
Nous disons droits — l’épée n’a pas une bavure.
Sénégal, nous faisons nôtre ton grand dessein : 
Rassembler les poussins à l’abri des milans 
Pour en faire, de l’est à l’ouest, du nord au sud, 
Dressé, un même peuple, un peuple sans couture, 
Mais un peuple tourné vers tous les vents du monde.
Sénégal, comme toi, tous nos héros, 
Nous serons durs, sans haine et les deux bras ouverts, 
L’épée, nous la mettrons dans la paix du fourreau, 
Car notre travail sera notre arme et la parole. 
Le Bantou est un frère, et l’Arabe et le Blanc.
Mais que si l’ennemi incendie nos frontières 
Nous soyons tous dressés et les armes au poing : 
Un peuple dans sa foi défiant tous les malheurs ; 
Les jeunes et les vieux, les hommes et les femmes. 
La mort, oui ! Nous disons la mort mais pas la honte.

 

Ecouter et télécharger l'Hymne national du Sénégal

Ordres nationaux

Il existe au Sénégal, deux ordres nationaux.

 

 

 

 

 

 

 

Le premier, l’Ordre national du Lion, récompense les services éminents et le second, l’Ordre du mérite, les services distingués.

En effet, l’ordre du Lion, ne pouvant être attribué qu’avec une relative parcimonie, afin de ne pas être discrédité, nombre de mérites risqueraient de rester sans reconnaissance officielle. C’est pourquoi, un second ordre, l’ordre du Mérite a été créé afin de récompenser les services distingués. Le but étant d’élargir le nombre de personnes récompensées, sans pour autant altérer la pureté du premier ordre.

 

La Garde rouge du Sénégal

 

 

 

 

 

 

La garde rouge
La Garde Rouge du Sénégal est née au XIVe siècle sur les rivages de la Méditerranée. Pour assurer sa protection et la cohésion de ses armées, Amurât 1er, prince et guerrier Ottoman (1319-1389), crée un corps de cavaliers qu’il baptise "Spahis", qui signifie "Cavalier du matin" en persan.

 

 

 

 

 

 

 

Entraînés et armés, les spahis confirment leur réputation de redoutables guerriers sur tout le pourtour de la Méditerranée et en Afrique du Nord.

Au XVIème siècle, ils assoient le pouvoir des beys d’Alger et deviennent les gardiens de la tradition équestre militaire turque. Ils prennent bien soin de conserver leurs signes de reconnaissance ottomans : turban, musique et drapeaux.

Après la capitulation du Bey d’Alger le 5 juillet 1830, les autorités françaises, en charge des terres algériennes, intègrent peu à peu ces guerriers à leurs bataillons d’éclaireurs. Ils reprennent le concept des cavaliers spahis dans leur armée, et permettent ainsi à ces guerriers de perpétuer leur art.

C’est ainsi qu’est née, de façon officielle, la "Cavalerie indigène", qui portera successivement les noms d’ "Escadron Mamelouk", de " Chasseurs d’Afrique" puis de "Chasseurs Spahis".

Armoiries de la Garde rougeEn 1928 ils prennent le nom de “Garde coloniale“, puis en 1960, à l’Indépendance, son appelation devient il devient “Garde présidentielle“ plus souvent connue sous le nom commun de Garde Rouge de la Présidence.

Elle est également une unité de parade et d’escorte, où elle peut montrer son élégance et sa dextérité lors de fantasias et carrousels. A travers les couleurs sénégalaises, la "Garde Rouge" continue de faire vivre la légende et la mémoire de ces cavaliers du matin.

Formation spécialisée de la Gendarmerie nationale du Sénégal, la Légion de Sécurité, appartenant à la Gendarmerie Mobile, est chargée de la sécurité et du service d’honneur du chef de l’État. Elle comprend trois groupes d’escadrons :

le Groupe d’ Escadrons de la Garde Présidentielle
Le Groupe d’Escadrons de Protection (G.E.P.)
Le Groupe d’Escadrons d’Escortes et de Services (G.E.E.S.)
Visiter le site web de la Garde rouge