Vous êtes ici

Discours du Premier Ministre lors de la cérémonie de clôture du Forum sur la Paix et la Sécurité en Afrique
SGG/SI
Discours
Article
mar, 06 nov 2018

 

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Mesdames, Messieurs les Chefs de délégation,

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur,

Mesdames, Messieurs les membres du Corps diplomatique,

Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales,

Mesdames, Messieurs, en vos rangs, grades et qualités,

Chers participants,

C'est toujours pour moi un réel plaisir de sacrifier à cette traditionnelle cérémonie de clôture du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, qui nous réunit aujourd'hui en sa cinquième édition.

Je saisis l'occasion pour renouveler, à la suite de Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République, nos chaleureuses salutations et l'expression de notre gratitude à tous les participants, dignitaires de haut rang, autorités civiles et militaires, pays et organisations partenaires ainsi que les distingués invités, qui ont de nouveau massivement répondu à l'invitation du Sénégal.

Le rendez-vous de Dakar qui s'inscrit dans une démarche constante de réflexion stratégique, a comme leitmotiv la recherche de solutions adaptées, efficaces et durables pour la paix et la sécurité de l'Afrique, en insistant cette année sur le thème intitulé « paix et sécurité en Afrique: enjeux de stabilité et de développement durables».

A cet égard, je voudrais féliciter Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur (MAESE), son équipe ainsi que les partenaires techniques du MAESE que sont le Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité du Sénégal (CHEDS) et la Compagnie européenne d'Intelligence stratégique (CEIS). Ils ont tous contribué à préparer en amont et organiser les deux jours de travaux intenses du Forum, dont Monsieur le Ministre vient de nous faire une synthèse.

 

Revenant sur les grandes lignes du Forum, comme vous le savez, son thème général a été décliné en trois séquences.

Le débat de la première séquence, dont la thématique portait sur « droits, justice et libertés face aux enjeux sécuritaires », a été posé autour de la question centrale de la protection des populations, mission régalienne des Etats, d'une part, et la nécessité de garantir le respect des droits et libertés versus l'impératif de sécurité, d'autre part.

Le Sénégal qui a l'honneur de siéger au Conseil des Droits de l'homme (mandat 2018-2020), continue de marquer son attachement profond à la promotion de l'état de droit et de la bonne gouvernance, avec comme corollaire la reddition des comptes.

La deuxième séquence du Forum a porté sur les « enjeux de l'opérationnalisation du lien entre développement et sécurité durables ».

Elle aura permis de passer au crible la problématique de la gestion concertée des frontières terrestres et maritimes, propices aux activités terroristes et criminelles, d'analyser l'impact de l'éducation et des politiques de jeunesse sur la paix ainsi que t'apport et tes attentes du secteur privé dans ta sécurité et le développement en Afrique.

En outre, il s'agissait aussi de proposer des solutions pour renforcer les différents mécanismes de coopération entre l'Afrique et ses partenaires, dans le continuum sécurité/développement.

Enfin, la troisième séquence a examiné les « perspectives de coopérations internationales dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent ».

Ce fut l'occasion d'échanger sur les voies et moyens de répondre aux besoins des forces africaines de défense et de sécurité, notamment les enjeux du soutien logistique des coalitions de forces dans la lutte contre le terrorisme.

 

 

Mesdames et Messieurs,

Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République, l'a souligné dans son allocution d'ouverture du Forum : il ne peut y avoir de développement sans paix, sans sécurité, sans stabilité.

Le maintien de la paix, de la stabilité et de la sécurité ainsi que la lutte contre le terrorisme nécessitent donc une approche globale et une coopération renforcée entre toutes les parties prenantes que sont les Etats, les populations, les organisations internationales, régionales et sous régionales, la société civile et le secteur privé.

La promotion du développement économique et de la justice sociale, le renforcement du dialogue entre les cultures et les civilisations de même que la lutte contre les préjugés et les stéréotypes doivent rester au cœur des préoccupations.

L'adoption de l'Agenda 2063 consacrait la priorité accordée au développement de l'Afrique dans ses trois dimensions économique, sociale et environnementale, en complément des engagements pris à l'échelle du monde dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD) du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

Il appartenait, dès lors, aux Etats membres de l'Union Africaine (UA) de donner corps à cette vision d'un continent prospère et débarrassé des fléaux de la guerre, des conflits, des pandémies et de la pauvreté et soucieux de préserver ses ressources naturelles, à l'échelle de chaque pays.

Le Sénégal s'était d'emblée inscrit dans cette dynamique avec le Plan Sénégal Emergent (PSE) traduisant la vision du Président Macky SALL pour le développement du Sénégal à l'horizon 2035. Les premiers résultats sont déjà bien tangibles et le deuxième plan d'actions prioritaires sera mis en œuvre à compter de l'année prochaine.

 

Dans la même veine, le Programme d'urgence pour le développement communautaire (PUDC) qui a pour vocation de faciliter le partage des opportunités et la réduction des inégalités entre les zones urbaines et rurales du Sénégal, est également déjà porteur de fruits.

Il est heureux de constater que dans une démarche cohérente, les Nations Unies et l'Union Africaine, par le biais de la Commission Economique pour l'Afrique (CEA), travaillent de concert pour la mise en œuvre du Programme à l'horizon 2030 et l'Agenda 2063.

A travers la tenue du Forum régional africain sur le Développement durable, le suivi et l'évaluation des performances et progrès réalisés en Afrique sont effectués chaque année, en prélude au Forum politique de haut niveau qui réunit la communauté internationale.

Ce cadre permet de partager les bonnes pratiques et les leçons apprises mais il contribue particulièrement à maintenir la mobilisation et l'engagement de toutes les parties prenantes, en faveur d'une action concertée pour la réalisation des ODD et de l'Agenda 2063 de l'Afrique.

Les efforts en faveur du développement durable doivent être poursuivis du fait de leur interdépendance avec la paix, la sécurité et la stabilité.

Ils sont la clé pour assurer l'inclusion sociale et pour résoudre les questions d'emploi, de migration, de sécurité alimentaire, de santé ou de lutte contre la pauvreté.

A cet égard, l'Initiative intergouvernementale 35, « Initiative pour la Soutenabilité, la Stabilité et la Sécurité en Afrique », mérite d'être signalée.

Elle a été lancée en 2016 à Marrakech, par le Maroc et le Sénégal, en collaboration avec le Secrétariat de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, et a pour vocation de traiter de la question de la dégradation des terres et des ressources naturelles ainsi que de l'insécurité foncière, causes profondes d'instabilité en Afrique.

 

 

Mesdames et Messieurs,

L'enjeu du moment est le capital humain que nous avons le devoir de promouvoir et de préserver.

Il faudra développer l'éducation nationale, la recherche développement, l'innovation et les systèmes de formation professionnelle pour renforcer les capacités et les compétences techniques et scientifiques.

La promotion de l'égalité des sexes, l'autonomisation des femmes et la lutte contre les violences faites aux femmes sont des axes à renforcer.

A travers le dialogue, nous devons encourager les échanges et les partenariats, la découverte et le respect de l'autre. Il nous incombe de partager les valeurs, principes et vertus qui fondent nos religions, cultures et traditions respectives, dans un contexte de recrudescence des flux migratoires.

La mutualisation des efforts et le multilatéralisme demeurent essentiels à l'atteinte des objectifs de paix, de sécurité et de stabilité en Afrique et dans le monde.

La question du financement du développement reste cruciale, à côté de celle du financement de la sécurité.

Les pays africains ne peuvent pas demeurer sous la contrainte de limitation de leurs dépenses sécuritaires car tous les efforts de développement pourraient alors s'avérer nuls.

Au-delà des moyens humains et matériels, les dispositifs juridiques doivent être renforcés pour mieux encadrer la réponse sécuritaire et contribuer à la lutte contre le financement du terrorisme.

 

 

Mesdames et Messieurs,

Je ne saurais terminer sans lancer un appel pour la paix et la sécurité au Moyen-Orient.

Tous les dossiers brûlants de l'actualité internationale sont liés d'une manière ou une autre à la question de la paix et de la sécurité au Moyen- Orient et le Sénégal demeure engagé en faveur d'une paix définitive dans cette région du monde.

Je voudrais également saisir cette opportunité pour saluer le dévouement et le professionnalisme de nos forces de défense et de sécurité, ces hommes et ces femmes qui œuvrent inlassablement au maintien de la paix et de la sécurité, avec abnégation et dans des conditions souvent éprouvantes voire dangereuses.

A ce propos, il serait indiqué de poursuivre la réflexion sur la problématique de définition des mandats des opérations de maintien de la paix, telle que Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République, a bien voulu l'engager hier lors de son discours d'ouverture.

En vous remerciant tous de votre active participation, je voudrais exprimer de nouveau la gratitude du Sénégal à tous les partenaires qui ont soutenu l'organisation de ce Forum, notamment le Japon, la France, le Qatar, les Emirats Arabes Unis, la Chine, la Fondation Konrad Adenaeur, l'UEMOA, l'Inde, la Suisse et le Royaume d'Arabie Saoudite.

Je souhaite un bon retour à tous ceux qui ont effectué le déplacement de l'étranger pour venir témoigner de l'intérêt qu'ils portent aux questions de paix et de sécurité en Afrique.

Sur ces mots, au nom du Président de la République du Sénégal, Son Excellence Monsieur Macky SALL, je déclare clos les travaux de la Cinquième édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.

Je vous remercie de votre aimable attention.